: 06

Lignes rouges

06 : 01 Ashtar

06 : 02 Mowgli

Ashtar

Je croyais que c’était une blague, qu’ Ashtar était le nom d’un personnage de Manga, que l’ironie consistait à montrer qu’on pouvait prouver l’existence de n’importe quoi par le simple fait de signaler que la chose ne se manifestât pas. Ainsi Ashtar est un être de lumière.  Or les êtres de lumières ne peuvent intervenir dans les affaires terrestres. Et s’il ne se passe rien, c’est donc la preuve que l’être de lumière Ashtar existe bien. Non, le type était sérieux et Ashtar existe bien, du moins virtuellement, pour les rédacteurs de Wikipédia.

Sa première apparition remonte au début des années cinquante aux Etats Unis. On peut même dire qu’il est à l’origine du phénomène « soucoupe volante » puisque les premières personnes ayant revendiqué un contact extra-terrestre parleront du commandant Ashtar, un vénusien venu pour enseigner une sorte de sagesse qui postulait la possibilité pour tout humain de s’inspirer de l’esprit universel divin. Bref une sorte de yoga mâtiné d’utopie technophile propre à l’après-guerre. Une ufologie façon atomes, tôles et rivets.  Le proto New Age naquit donc dans le contexte de la guerre froide.

1) commandement d’Ashtar, vaisseau principal

Ashtar est évoqué une seconde fois le 26 novembre 1977 à 17 heures dix lorsque le journal télévisé de Southern television est interrompu par une voix se faisant appeler Vrillon. La prise d’antenne se manifeste à l’écran par l’ondulation croissante de l’image et son anéantissement dans une neige électronique concomitamment à la montée en puissance d’une voix monocorde, un peu métallique et parasitée. Cependant la régie semblait vouloir résister à l’assaut, tenta de diffuser un cartoon de Bugs Bunny, mais ne parvint pas à neutraliser le pirate. Parfois au cours de son discours pouvait raisonner comme un écho lointain la musique du dessin animé et on pouvait même parfois discerner sous la couche de neige l’image rémanente du générique. « Falling hare », tel était son titre.

2) Agrona Linea

Ceci est la voix de Vrillon, un représentant du commandement galactique d’Ashtar, qui vous parle. Ceci est un discours exopolitique, non pas un canular. Durant de nombreuses années vous nous avez vus sous la forme de lumières dans le ciel. Vrillon confirme l’hypothèse du zoo : on observe, on n’interfère pas. Nous venons vous avertir du destin de votre race et de votre monde pour que vous puissiez communiquer avec vos semblables le chemin à suivre pour éviter le désastre qui menace votre monde et les êtres sur d’autres mondes qui vous entourent. Le 28 octobre, le chancelier allemand Helmut Schmidt dénonce le déploiement de SS-20 soviétiques en Europe de l’Est. Début de la crise des euromissiles. Nous le faisons afin que vous puissiez partager ceci lors du grand réveil alors que votre planète passe dans la nouvelle ère du Verseau. La comédie musicale « Hair » a popularisé dès 1967 le concept d’ère astrologique avec la chanson « the age of Aquarius ». La nouvelle ère peut être un temps de grande paix et d’évolution pour votre race, mais seulement si vos dirigeants sont avertis des forces malveillantes qui peuvent obscurcir leur jugement. L’assassinat de Kennedy en 1963 déclencha une réflexion générale qui aboutit à supposer pour certains l’existence d’un deep state. Ce à quoi répondit la C.I.A en 1967 dans le document #1035-960 concernant les critiques sur le rapport Warren par une stratégie de communication fondée sur l’accusation de « complotisme ». Ne bougez pas et écoutez car l’occasion de le faire ne se présentera peut-être plus. Toutes les armes du mal doivent être supprimées. Un cataclysme nucléaire romprait donc l’équilibre cosmique. L’époque des conflits appartient maintenant au passé et la race à laquelle vous appartenez peut avancer vers les stades plus élevés de son évolution si vous vous en montrez dignes. L’humanité doit accéder à nouveau plan de conscience. Vous n’avez que peu de temps pour apprendre à vivre ensemble en paix et dans la bonne volonté. Le surhumain est d’abord un être de sagesse. De petits groupes un peu partout sur la planète sont en train d’apprendre ceci et existent pour vous transmettre à tous la lumière du nouvel âge naissant. Vous êtes libres d’accepter ou de rejeter leurs enseignements, mais seuls ceux qui apprennent à vivre en paix passeront aux domaines plus élevés de l’évolution spirituelle. Cette transformation relève avant toute chose du domaine de l’immanence. Écoutez maintenant la voix de Vrillon, un représentant du commandement galactique d’Ashtar, qui s’adresse à vous. Soyez aussi conscients qu’il y a beaucoup de faux prophètes et guides qui opèrent dans votre monde. Ils aspireront votre énergie – l’énergie que vous appelez argent, et l’utiliseront à des fins mauvaises et vous donneront des déchets sans valeur en retour. L’hypothèse transcendantale nous fourvoie. Votre « vous-même » intérieur divin vous protégera contre cela. Ainsi nous serions reliés au grand tout. Vous devez apprendre à être sensibles à votre voix intérieure qui peut vous dire ce qui est vrai et ce qui est confusion, chaos et contre-vérité. Apprenez à écouter la voix de la vérité qui est en vous et vous vous mènerez vous-même sur le chemin de l’évolution. Par la méditation ?

3) Aibarchin Planitia

 Ceci est notre message à nos chers amis. Nous vous avons regardé grandir durant de nombreuses années alors que vous observiez nos lumières dans le ciel. Vous savez maintenant que nous sommes ici et qu’il y a plus d’êtres sur et autour de votre Terre que vos scientifiques ne l’admettent. Nous sommes profondément inquiets à votre sujet et au sujet de votre chemin vers la lumière et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous aider. N’ayez pas peur, cherchez seulement à vous connaître vous-mêmes, et vivez en harmonie avec la façon d’être de votre planète Terre. Le commandement galactique d’Ashtar vous remercie pour votre attention. Nous quittons à présent votre plan d’existence. Puissiez-vous être bénis par l’amour et la vérité suprêmes du cosmos.

Si la terre est un champ de bataille opposant des forces cosmiques, nous ne sommes pas à la hauteur des enjeux. Pourtant Ashtar refuse de se résigner : « nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous aider ». Mais comment ? Le discours de Vrillon n’a fait l’objet d’aucune analyse qui aurait relevé du domaine des sciences exopolitiques, aucun commentateur a en outre relevé que ce moment de télévision opposait en réalité deux programmes et qu’il était peut-être pertinent de les mettre en regard. Alors que nous apprend Bugs Bunny ?

3) Aibarchin Planitia

Initialement intitulé « Bugs Bunny and the Gremlin », « Falling hare » est une appropriation d’une légende qui courait parmi les équipages de la « Royal Air Force » imputant à des sortes de lutins les dysfonctionnements mécaniques qu’ils avaient parfois à surmonter à bord de de leurs appareils. Sur le plan de la propagande se posait la question de savoir comment intégrer ces entités facétieuses à l’axe du bien. De farceur, le gremlin devint protecteur. Les pannes dont il était accusé obligeaient à un entretien scrupuleux des appareils qui garantissait au final la sécurité des équipages. En ce sens, le gremlin appartient pleinement au monde des lutins. Or la tradition nous enseigne que la relation des humains avec le petit peuple sont strictement codées et que la transgression des tabous peut avoir des conséquences funestes.  C’est ainsi que Roald Dahl, dans son récit publié aussi en 1943, motive le sabotage des avions britanniques par les gremlins au fait que leur forêt a été détruite pour laisser place à une usine aéronautique. D’une certaine manière le discours de Vrillon est imprégné de la psychologie lutinesque : le commandement galactique d’Ashtar accordera son aide si et seulement si l’humanité se conforme à certaines obligations, comme celles de ne plus se livrer à la guerre et de vivre en harmonie avec le cosmos, donc la nature.

5) Akkruva Colles

 Le film « Gremlins » produit par S. Spielberg en 1984 constitue l’autre champ de l’épistémologie du gremlin. S’y confirme l’hypothèse du lien entre le petit peuple et celui qui vient d’ailleurs. Nous apprenons que le démiurge Motgurten, créateur de l’espèce Mogwai, l’avait conçue « sur une autre planète ». Après de nombreuses et désastreuses tentatives d’hybridation, le mogwaï, en dépit de sa répulsion à la lumière, séduisit les autorités intergalactiques par sa capacité à s’adapter à tous les climats et conditions de vie, à se reproduire facilement, et par son amabilité et sa grande intelligence. Il fut décidé que la terre ferait partie des planètes receveuses. Sauf que l’introduction de cette espèce provoqua guerre, catastrophes naturelles et famine suite à la mutation, après exposition à la lumière du mogwaï affable mais photophobe, en gremlin.

Fondant l’analogie sur le principe de réplication, Nicolas Tellop, théoricien de la pop culture, affirme dans le magazine « Septième obsession » que les Gremlins peuvent être considérés comme appartenant à la catégorie des agents infectieux. « Selon certaines conditions, ils se propagent, se multiplient et étendent leur menace au fil des heures. Comme lors d’une épidémie, pour contrer leur expansion, il existe des gestes barrières : ne pas les exposer à la lumière, ne pas les mouiller et ne pas les nourrir après minuit. » Et de boucler la métaphore : « les Gremlins sont des caïnites dévoués à leurs seules pulsions destructrices : casser, écraser, brûler, cisailler, étrangler, avaler, dévorer, cracher, saboter, tuer. » Inspirés par Vrillon, nous agréerions volontiers, à condition bien sûr de préciser que nous avons tous en nous quelque chose de caïnite. Dès lors serions-nous enclins à valider la thèse pourtant assimilée par la doxa à une fake news que soutient l’astrobiologiste Chandra Wickramasinghe, disciple du cosmologiste Fred Hoyle, théoricien de l’état stationnaire de l’univers, d’une origine panspermique de l’épidémie. Et en effet, le Covid-19 aurait pu ainsi voyager à l’intérieur de la météorite qui s’est consumée au-dessus de la Chine le 11 octobre 2019.  

6) panspermie dirigée
  • – What’s Up, Doc ? (Quoi d’neuf, Docteur ?), demanda Bugs Bunny comme à son accoutumé.

Les Vénusiens, à l’instar des Ummites, reconnaissaient au moins à l’humanité un génie unique parmi la création, celui de fantasmer la réalité, de mobiliser sa créativité pour l’élaboration de mondes imaginaires infinis qu’avec délectation ils visitaient pareillement.

  • – Princes à mort sont destinez (Prince, ceux-ci sont tous destinés à mourir), lui répondit Vrillon, humaniste et poète à ses heures.

 

Mowgli

Au mitan du printemps les lignes rouges sont posées. Taïwan, Ukraine : les temps sont suspendus. L’empire hésite. Sa diplomatie émet des signaux contradictoires, façon « good cop, bad cop ». L’occasion pour Xi Jinping de promouvoir au forum de Boao un multilatéralisme centré sur une ONU régénérée dans ses principes fondateurs et pour Poutine de poser ses propres lignes rouges avec l’Occident. Deux conceptions du mondialisme s’opposent et il apparaît en cette fin avril que la vision girondine de la gouvernance mondiale apparaît la plus apte à remédier aux glougloutements de la machine ronde. Le jacobinisme promu par l’Occident est quant à lui tout cabossé. La seule question qui vaille : la chute de l’Empire s’accompagnera-t-elle ou non d’un cataclysme ?

« Comme je l’ai déjà dit, ici et là, sans la moindre raison. Bien évidemment, autour d’eux, tout comme autour de Shere Kahn, fayottent de petits chacals, exactement comme Kipling l’a décrit. Ils hurlent en chœur pour plaire à leur souverain. »

Lors de son discours annuel sur la Nation devant l’Assemblée fédérale, Poutine faisant allusion au « Livre de la jungle » nous donne une clef sur un possible à venir. Tirons la chevillette, déplions la métaphore, la bobinette cherra.

Posons Mowgli comme représentant de la vision du monde alternative et Shere Kahn – son nom l’indique -, comme symbole du mondialisme impérial, léonin. « Comme autour de Shere Kahn, se tournent toutes sortes de Tabaqui, tout comme chez Kipling, ils font chorus pour amadouer leur souverain ». La traduction proposée par Sputnik France nous éclaire un peu plus. Tabaqui est le chacal qui accompagne Shere Khan. Il est craint dans la jungle pour ses crises de folie. On pense bien sûr à Zelenski. Mais surtout à Biden car lui aussi n’est après tout qu’un serviteur de l’Empire. Shere Khan ou le tigre boiteux.

Mowgli grandit donc au milieu de la meute, sous la protection du loup Russe Akela. Mais Shere Khan est bien décidé à croquer le multilatéralisme émergeant. Usant de toute sa malice, il tente de liguer l’occident contre la Russie. Lors d’une réunion de la meute sur le « Rocher du conseil », pendant laquelle Akela doit être sacrifié et remplacé par un nouveau chef, Shere Khan persuade l’assemblée que l’ONU est une structure devenue obsolète. Cependant Mowgli parvient à évincer le tigre en le menaçant du feu nucléaire, la « Fleur Rouge ». Mais si Shere Khan est affaibli durablement, il a insinué le doute dans l’esprit des états-vassaux. Mowgli sauve la vie d’Akela et quitte la meute. Emmenés par Mowgli aidé lui-même d’Akéla et du chinois Frère-Gris, les buffles chargeront Shere Khan le piétinant à mort. Par parenthèse, 2021 est l’année du buffle de métal…

L’avènement d’un nouvel ordre mondial alternatif s’apparente donc à un parcours initiatique marqué par autant d’épreuves que devra affronter la planète. L’analogie de ce nouveau monde à venir avec le « petit d’homme » souligne l’importance des efforts à accomplir afin de parvenir à une gouvernance mondiale plus juste et équitable : « l’avenir du monde doit être décidé par tous les pays travaillant ensemble » (Xi Jinping). Autrement dit la puissance ne doit pas être la toute-puissance. Mais comment oublier combien la stratégie de Frère-gris s’inspire de Sun Tzu pour qui toute guerre est fondée sur la tromperie ? Aucune illusion, la jungle-monde dont rêve Mowgli ne deviendra pas un lieu de concorde et d’harmonie. Il faudrait pour cela que tous les animaux-états affirment la volonté commune de mettre fin à la tyrannie. Impossible ! Shere Khan et Mowgli sont condamnés à se regarder en chiens de faïence…chinoise. Mais à ce petit jeu de la barbichette, ils ne voient pas la fleur rouge prête à déclore. Rappelle-toi Akéla, il chut un Fateh 110 près de Dimona cette nuit-là.

« En effet, devant lui, s’appuyant à une branche basse, se tenait un bébé brun tout nu, qui pouvait à peine marcher, le plus doux et potelé petit atome qui fût jamais venu, la nuit, à la caverne d’un loup. » le livre de la jungle (traduction de louis Fabulet)

%d bloggers like this: